DU 14 JANVIER AU 25 FéVRIER 2012

Exposition / L’union fait la farce / Thomas Mailaender

Exposition / L'union fait la farce / Thomas Mailaender

Le photographe et plasticien Thomas Mailaender construit une sorte d’archive de la farce à partir de clichés récoltés sur Internet. Réseau mondial, sans centre névralgique, Internet constitue une mémoire numérique du monde, un canal d’informations, un espace de stockage sans limites, une machine à sauvegarder qui enregistre les données de manière anarchique. Cette sédimentation des informations constitue une masse « informe » que l’artiste digère et met en forme.

Articulés ici à la question de l’alimentation, ces clichés sont sélectionnés, classés puis restitués afin de proposer un assemblage qui fait sens à travers une série d’œuvres au titre évocateur et polysémique : « L’union fait la farce ». Les scènes ainsi récoltées sur Internet sont fidèlement reproduites sous forme d’actions performances restituées par la photographie ou par la sculpture : « Il est important de respecter à la lettre la recette exacte » précise l’artiste.

En parcourant Internet en quête de « clichés », Thomas Mailaender met en jeu et en scène la société qui les a produit. Ses collectes proviennent de créations d’amateurs – à prendre au sens de « celui qui aime » - et dépeignent une culture de la farce. Si la farce entre dans la composition des « recettes » de cuisine, elle est également, dès le Moyen-âge, un genre dramatique satirique et comique aux caractéristiques absurdes et bouffonnes mettant en scène des personnages du peuple. C’est dans ce double sens que cette œuvre prend forme. Thomas Mailaender nous présente un monde de tromperies et de ruses gauches dans lequel l’amateur est au centre de l’attention. Les clichés collectés mettent en scène le subterfuge, le détournement, la déviance comme autant de manière de faire sens et de bousculer les normes, systèmes ou manières de vivre imposés.
Nous retrouvons dans ces pratiques les « tactiques de résistance » telles que les évoquait l’anthropologue Michel de Certeau dans son ouvrage L’invention du quotidien qu’il destinait à l’« homme ordinaire. Héros commun. Personnage disséminé. Marcheur innombrable. (…) Ce héros anonyme (qui) vient de très loin, (…) murmure des sociétés. »


Thomas Mailaender nous livre ici une sorte d’éloge de la blague potache, d’une culture populaire à l’humour parfois grinçant dont le « murmure » ou plutôt le « brouhaha » se diffuse sur Internet entendu comme réceptacle et mémoire.

La programmation de l’année 2012, dans une approche privilégiant la dimension contextuelle, sera traversée par différentes pratiques d’artistes et de designers qui interrogent notre mémoire et la possibilité de la cultiver.
Ce sujet concorde avec la construction du bâtiment de La cuisine qui démarrera courant 2012 sur le site du château. Cet édifice qui, en quelque sorte, « re-sortira » de terre sous une nouvelle forme et une nouvelle fonction, fait le lien entre des siècles d’histoire et notre présent. Il matérialise des stratifications d’époques et de vies. Il place la question esthétique au centre de la cité et nous offre un cadre pour nous interroger sur la mémoire individuelle et collective

Stéphanie Sagot, Directrice artistique de La cuisine

L'union fait la farce, Thomas Mailaender, 2012. Production La Cuisine, centre d'art et de design.L’union fait la farce, Thomas Mailaender, 2012. Production La Cuisine, centre d’art et de design.

© Thomas Mailaender 2011

L’exposition

Le photographe et plasticien Thomas Mailaender construit une sorte d’archive à partir de clichés d’amateurs récoltés sur Internet. Invité en résidence de création à La cuisine, l’artiste a articulé ici sa démarche artistique à la question de l’alimentation. Il a sélectionné, classé puis restitué des clichés qui dépeignent une culture de la farce afin de proposer un assemblage qui fait sens à travers une série d’œuvres au titre évocateur et polysémique : L’union fait la farce. Les scènes puisées sur Internet ont été fidèlement reproduites sous forme d’actions performances puis restituées par la photographie ou par la sculpture. Thomas Mailaender nous présente un monde de tromperies et de ruses gauches dans lequel l’amateur est au centre de l’attention. Les clichés collectés mettent en scène le subterfuge, le détournement, la déviance comme autant de manière de faire sens et de bousculer les normes, systèmes ou manières de vivre imposés.

Conférence – Ateliers – Lecture

LE SAMEDI 14 JANVIER A 11H00
Je le crois pas : Conférence de Thierry Chancogne
autour de la démarche artistique de Thomas Mailaender.
Salle des fêtes de Nègrepelisse

Dans le sourire un peu fixe de Thomas Mailaender, il y a cet héritage des incohérents, des hydropathes… d’un autre genre de spirituel qui questionne les limites de l’art. Je le crois pas…
Et notamment à l’heure de la toile et de sa révolution de l’accès à l’image qui permet tous les rapprochements, toutes les focalisations, tous les débordements. Je le crois pas…Et notamment à l’heure du numérique où il est si facile de manipuler une image photographique et ses effets de réalité. Je le crois pas…

LE SAMEDI 28 JANVIER À 11H00 ET 15H00
Ateliers de cuisine et de dégustation

Salle d’activité de la maison de retraite de Nègrepelisse - Association La sauce Tart’art

Atelier salé de 11h à 12h30 -
Atelier sucré de 15 h à 16h30 -
À destination des parents et des enfants à partir de 6 ans.
Réservation obligatoire auprès du
centre d’art La cuisine
par téléphone au 05 63 67 39 74
ou par mail sur info la-cuisine.fr.
Prix adulte 3 € / Prix enfant 1,50 €

L’association La sauce Tart’art propose aux gourmands deux ateliers de cuisine pour apprendre en famille à concocter des recettes simples et originales. L’atelier vous permettra de réaliser des plats sucrés ou salés dont l’élément principal sera la préparation de la farce. Chaque enfant repartira avec un ballotin surprise !


LE MERCREDI 8 FÉVRIER À 15H00
Lectures de contes

L’association REEL (Recherche à l’Ecole pour Ecrire et Lire) a pour but de favoriser le développement des enfants et des adolescents à la lecture.
Elle organise notamment un salon du livre jeunesse tous les ans et mène de nombreuses actions auprès des écoles, des centres de loisirs et des associations.
Depuis plusieurs années, La cuisine s’est associé à REEL afin de proposer des lectures de contes en écho à l’exposition du moment.
Pour le prochain rendez-vous, Nicolas Pechmezac nous contera des histoires en lien avec l’exposition L’union fait La farce. Lectures à destination des grands et des petits à partir de 6 ans

Accueil de groupe / Médiation culturelle

Visite commentée pour les groupes sur rendez-vous.
Visites pédagogiques et possibilité d’ateliers de pratique artistique pour le jeune public scolaire et les ALSH.
Un dossier pédagogique sur l’exposition L’union fait la farce à destination des enseignants est téléchargeable ci-dessous pour découvrir les modalités de la visite et la préparer en amont avec vos élèves.